Page 2 sur 3

Re: ...un nouveau bis!

Posté : jeu. 21 avr. 2016 21:28
par alain
liberezlatourbe a écrit :Bienvenue Alain !
Vaste débat que le comparatif blend/single tant au niveau gustatif que financier.

Oui,vaste débat!
Je ne sais pas si je dois poser la question sur un autre sujet,mais ce comparatif me titille l'esprit:
D'un coté,des singles malt pour faire des blended basiques(et je pèse mes mots!),souvent moins forts en alcool et peu consistants et de l'autre des singles malts qui tiennent grâce aux blended vendus,celà me rappelle un peu "qui de l'oeuf ou de la poule!!"
:shock:

Re: ...un nouveau bis!

Posté : ven. 22 avr. 2016 12:31
par liberezlatourbe
Le maître des lieux a un sujet tout trouvé pour un débat hebdromadaire.

Re: ...un nouveau bis!

Posté : ven. 22 avr. 2016 13:04
par Thomas
liberezlatourbe a écrit :Le maître des lieux a un sujet tout trouvé pour un débat hebdromadaire.


Ca veut dire que je dois le garder en réserve ? :arrow:

Re: ...un nouveau bis!

Posté : ven. 22 avr. 2016 13:31
par liberezlatourbe
:lol: :lol:

Re: ...un nouveau bis!

Posté : sam. 23 avr. 2016 16:22
par alain
Je reprends la notion du blended bon aux cocas ou autres mélanges,car trop coupé et saveur trop lisse:
J'ai commandé dernièrement un JOHNNIE WALKER blue label,surement trop cher pour ce que c'est ,mais je le trouve bon:
doux,un peu de fumée plutôt que de la tourbe ,un zeste ,des fruits variés surtout sur l'orange,et du caramel;un blend que je trouve vraiment sympa,mais pourquoi aussi peu alcoolisé ?
Si question pas à la bonne place,n'hésitez pas à transférer!

Re: ...un nouveau bis!

Posté : dim. 24 avr. 2016 14:22
par canis lupus
Parce que c'est un produit grand public.

Re: ...un nouveau bis!

Posté : dim. 24 avr. 2016 22:57
par alain
canis lupus a écrit :Parce que c'est un produit grand public.

Ok,dois je en conclure que grand public rime avec alcool à minima?
Mais pour le prix,est ce encore du grand public? :?:

Re: ...un nouveau bis!

Posté : lun. 25 avr. 2016 00:31
par canis lupus
alain a écrit :
canis lupus a écrit :Parce que c'est un produit grand public.

Ok,dois je en conclure que grand public rime avec alcool à minima?
Mais pour le prix,est ce encore du grand public? :?:


Déjà, il faut faire un peu d'histoire.
Jusqu'à la fin du 19ème, début du 20ème siècle, l'alccol roi était le Cognac (brandy en anglais). A cette époque, le whisky en Ecosse tenait le rôle de gnôle locale.
Puis est venu le vilain phylloxéra qui a tellement mis à mal la production de cognac que non seulement il a fallut compenser ce manque par un autre alcool, et les Ecossais, jamais les derniers pour profiter d'une aubaine financière, se sont rués dans la place.
Pour essayer de se rapprocher du profil du Cognac, les blends ont été créés, plus rond et soyeux que les single malts de l'époque.
De fil en aiguille, le whisky Ecossais à conquis le monde, sous sa forme de blend, établissant une nouvelle norme.
Bref, encore de nos jours, pour l'immense majorité de la population de la planète, un whisky est un blend Ecossais. Le Single Malt reste l'exception.

Culturellement également, de part le monde, l'alcool principalement consommé est la bière ou le vin. A la rigueur des choses un peu plus costaudes à l'apéro (20 à 30°), mais lorsqu'on passe les 40°, on entre dans les "alcools forts", les "digestifs", les bases à cocktails ou à long drinks.
Bref, pour le commun des mortels, plus un alcool dépasse les 40°, plus ça fait peur.
Du coup, dès qu'on veut produire un alcool "grand public", on dépasse peu les 40° si on veut le vendre en grande quantité.
Et bien sur, cerise sur la gâteau pour le fabricant, plus c'est dilué, plus c'est rentable.

Re: ...un nouveau bis!

Posté : lun. 25 avr. 2016 08:49
par alain
Merci de cette réponse claire et éloquente sur le whisky d'origine,surtout sur l'aspect financier réalisé par les fabricants!
Cependant,des blended dits "de luxe" chers sont plus à placer du coté des blends ou des singles malts (je pensais au Johnnie walker blue label par exemple!)?
Si j'ai bien tout suivi,le single malt de maintenant qui ne ressemble plus à de la gnôle locale,a ses qualités gustatives
-de plus de travail d'élaboration?
-d'un minimum de garde en fûts ?
-d'autre chose qui le fait passer pour le St Graal dès qu'on cotoie des sites de whisky ?

Re: ...un nouveau bis!

Posté : lun. 25 avr. 2016 11:47
par canis lupus
Un blend, c'est un blend, qu'il soit "de luxe" ou pas, c'est à dire un assemblage de single malt et single grain.
Il faut savoir que les recettes des blend de très grande diffusion (William Lawson, William Peel, J&B, Johny Walker, Ballentines, etc ...) sont des assemblages de centaines de single malt/grain, qui sont très régulièrement revérifiés pour garder le profil le plus constant possible.
Ces Blend de grande diffusion et d'entrée de gamme sont presque toujours des NAS, c'est à dire que les plus jeunes des single malt/grain les composant on certainement à peine plus de 3 ans d'age.

Généralement, dans ces grandes marques, quand on monte en gamme, l'age apparait, et il correspond au plus jeune des single malt/grain le composant (12yo, 15yo, 18yo, 20yo, etc ...).
Généralement aussi, le nombre de single malt/grain rentrant dans la composition d'un blend diminue avec l'âge: Toutes les distillerie en activité peuvent fournir du 3yo, ça devient plus difficile avec du 15yo et à fortiori du 20 ou 25yo.
Un autre écart à noter, c'est que contrairement à un malt, un grain jeune n'a quasiment pas de gout, il est juste là pour servir de liant, de régulateur, et pour arrondir le profil.
Mais un grain qui prend de l'âge, se met également à prendre du gout et est de moins en moins neutre dans l'assemblage final.

La logique est la même avec les Blended Malt (ou vatted malt comme on disait avant), la seule différence étant qu'il n'y a pas de single grain dans la composition.



Après, il y a les Blend/Blended Malt créés par les embouteilleurs indépendant. La logique de mélange est bien sur la même, mais n'étant pas distillateurs, ils n'ont pas accès à autant de futs, et ne sont pas non plus soumis à une même exigence de profil au fil des batches. Ce qui donnent des profils généralement beaucoup moins formatés que les Blend de grande diffusion des grande marques.